En route pour cueillir un essaim
En route pour cueillir un essaim

Quatre sessions se sont déroulées chez Jean-Jacques et toutes les autres chez l’un des participants à l’école.

 

La première session a coïncidé avec un appel d’une famille demandant le recueil d’un essaim installé dans un espace entre volet et fenêtre de leur maison. Les membres inscrits à l’école ont pu participer à l’opération et nous avons vécu l’événement comme un signe de la part des abeilles nous invitant à réaliser le projet d’école. L’essaim cueilli a été installé dans une ruche Warré au sein du rucher de Jean-Jacques et Vincent Canova. Il est désormais la première ruche appartenant à l’école d’apiculture. La reine est une hybride forte. Son comportement va être l’objet d’observations attentives.

 

Au cours des sessions, Jean-Jacques a invité le ou la propriétaire à faire des opérations de fusion de deux ruches faibles. Il a aussi incité à nourrir le plus tôt possible des ruches qui n’avaient aucun espoir de passer l’hiver. 

 

Dans une des sessions chez un apiculteur, nous avons pu observer l’intérieur de ruches en paille en les retournant. 

 

La dernière session était consacrée pour l’essentiel à la préparation hivernale des ruchers.

Tous les participants remercient chaleureusement Jean-Jacques pour sa compétence et son dévouement.

 

Quelques chiffres

 

Au total ce sont 23 personnes qui ont participé à au moins une des sessions. La session la moins populeuse a réuni 5 personnes et la plus populeuse en a réuni 15.

 

À chaque session, un compte-rendu a été rédigé et transmis à tous les participants, présents ou non.

La contribution des participants était de 50 € pour la saison apicole. Dans quelques cas, il a été demandé une contribution de 10 € pour une session unique.

L’école reprendra ses sessions à la prochaine saison.

 

L’école d’apiculture de l’association « L’abeille noire des Boutières »

 Compte-rendu de fin de saison

 

 Pourquoi une école d’apiculture associée à l’abeille noire ?

 La sauvegarde de l’abeille noire suppose :

  •  L’existence d’un projet de conservatoire où les abeilles noires seront protégées de l’hybridation massive par les abeilles provenant d’autres lignées.
  •  Un consensus de toutes les personnes concernées pour rendre possible le processus de conservation.
  • La généralisation de pratiques apicoles (des amateurs et des professionnels) adaptées à la survie des abeilles.

 Pour toutes ces raisons, nous avons jugé nécessaire de mettre en place une recherche vivante et un transfert des connaissances pratiques sous la forme d’une école d’apiculture.

 

L’école d’apiculteur des Boutières se présente sous la forme d’un lieu d’échange et de partage sur les pratiques. Les différentes manières de faire sont évaluées en termes d’impact sur la survie des colonies d’abeilles d’une année sur l’autre : comment les soutenir et les protéger, comment choisir entre recherche de production quantitative et temps d’intervention de l’apiculteur, en quelle proportion est-il raisonnable de faire appel à des intrants ?

 

Fonctionnement de l’école

L’école d’apiculture a été menée en cette saison 2016 par Jean-Jacques Canova de façon entièrement bénévole. Les élèves sont en général des apiculteurs qui apprécient d’accueillir chez eux, les élèves de l’école sur leur propre rucher afin d’évaluer sur place leurs propres pratiques et leurs résultats.

 

Elle a fonctionné au rythme soutenu de 12 sessions du 7 mai au 12 septembre 2016, soit en moyenne 3 sessions par mois. En général, une session s’étendait sur une après midi de 14h à 17h (souvent un peu plus). A chaque fois, des ruches ont été ouvertes et l’état du couvain et des réserves analysé et commenté.