Abeille Noire conservatoire Boutières
Article paru dans le journal "Le Monde" du 18 août 2018

Campagne Zeste 2016

Résultats de la campagne Zeste 2016

 

pour contribuer au soutien de l’abeille noire des Boutières.

 

Vous avez été 60 contributeurs à donner pour l'abeille noire un montant total de

 5 758,50 €.

 Après soustraction de 230 € pour la société qui a géré les versements et de 172 € pour la Nef, nous disposons donc grâce à vous de 5355 €.

 Merci !

 Ce que l’on est capable de faire avec cette somme :

Nous sommes en train de finaliser un album intitulé : "L'abeille noire illustrée", organisée en quatre chapitres :

 

Qui suis-je, moi, l’abeille noire ? Qu’est-ce qu’il m’arrive ? Pourquoi me conserver ? Comment me conserver ?

 

Nous avons déjà réalisé des flyers pour nos interventions publiques et allons extraire de l'album un petit livret pédagogique.

Nous disposons maintenant de 2 scanners pour faire des caractérisations de ruches et des stagiaires et des bénévoles ont fait pendant l'été nombre de mesures sur les ailes d'abeilles. Résultats : il y a encore des abeilles noires dans notre entourage, mais les ruches sont toutes bien hybridées. Il est temps d'agir !

L'enjeu aujourd'hui est d'informer le plus possible la population, de bien nous entendre avec les apiculteurs professionnels et de former les apiculteurs amateurs.

 

L'école d'apiculture des Boutières a bien marché cet été avec une dizaine d'apiculteurs amateurs.

 

Ce que l’on ne fera pas tout de suite :

 

·         Une exposition itinérante robuste et professionnelle pour nous installer sur les stands des diverses manifestations où nous participerons. Mais une de nos stagiaires a déjà réalisé cet été une belle petite exposition artisanale pour soutenir notre présence sur les stands.

 

·         Le matériel de base et le soutien financier des intervenants de l’école d’apiculture qui fonctionne pour l’instant, sur la base du bénévolat.

 

·         Une campagne de caractérisation des ruches à installer dans le conservatoire comprenant la rémunération d’une personne et le financement des analyses moléculaires.

 

Nous pensons donc lancer au printemps prochain une nouvelle campagne pour financer ces objectifs, car l’année 2017 va être critique pour l’abeille noire.