Une journée pour l’abeille noire

Chères amies, chers amis, membres de l’association

J’ai le plaisir de vous inviter à participer à notre réunion annuelle le

dimanche 26 mars à partir de 10h30 dans la salle des fêtes de Gluiras.

Elle comprendra :

·         l’Assemblée générale formelle de 10h30 à 12h30.

·         Un repas en commun tiré du sac (boissons offertes) de 12h30 à 14h

·         Des ateliers de travail de 14h à 17h            avec les thèmes suivants :

   Comment chacun peut s’investir selon ses possibilités ?

   Quelles actions entreprendre ensemble ?

   Comment communiquer simplement ?

   Comment rencontrer les acteurs concernés par le projet de conservatoire ?

 

L’ordre du jour de l’Assemblée Générale sera le suivant :

·         Rapport moral : projet de conservatoire. Comment y parvenir ?

·         Rapport financier

·         Quitus du Conseil d’Administration

·         Montant de la cotisation annuelle

·         Renouvellement du Conseil d’Administration

En cas d’impossibilité de participer à l’AG, Nous vous demandons instamment de donner votre pouvoir selon le formulaire ci-joint.

Comptant sur votre présence,

Cordialement,

 

 

 

Vincent Canova

Président de l'association “L’Abeille noire des Boutières”


 

Campagne Zeste 2016

Résultats de la campagne Zeste 2016

 

pour contribuer au soutien de l’abeille noire des Boutières.

 

Vous avez été 60 contributeurs à donner pour l'abeille noire un montant total de

 5 758,50 €.

 Après soustraction de 230 € pour la société qui a géré les versements et de 172 € pour la Nef, nous disposons donc grâce à vous de 5355 €.

 Merci !

 Ce que l’on est capable de faire avec cette somme :

Nous sommes en train de finaliser un album intitulé : "L'abeille noire illustrée", organisée en quatre chapitres :

 

Qui suis-je, moi, l’abeille noire ? Qu’est-ce qu’il m’arrive ? Pourquoi me conserver ? Comment me conserver ?

 

Nous avons déjà réalisé des flyers pour nos interventions publiques et allons extraire de l'album un petit livret pédagogique.

Nous disposons maintenant de 2 scanners pour faire des caractérisations de ruches et des stagiaires et des bénévoles ont fait pendant l'été nombre de mesures sur les ailes d'abeilles. Résultats : il y a encore des abeilles noires dans notre entourage, mais les ruches sont toutes bien hybridées. Il est temps d'agir !

L'enjeu aujourd'hui est d'informer le plus possible la population, de bien nous entendre avec les apiculteurs professionnels et de former les apiculteurs amateurs.

 

L'école d'apiculture des Boutières a bien marché cet été avec une dizaine d'apiculteurs amateurs.

 

Ce que l’on ne fera pas tout de suite :

 

·         Une exposition itinérante robuste et professionnelle pour nous installer sur les stands des diverses manifestations où nous participerons. Mais une de nos stagiaires a déjà réalisé cet été une belle petite exposition artisanale pour soutenir notre présence sur les stands.

 

·         Le matériel de base et le soutien financier des intervenants de l’école d’apiculture qui fonctionne pour l’instant, sur la base du bénévolat.

 

·         Une campagne de caractérisation des ruches à installer dans le conservatoire comprenant la rémunération d’une personne et le financement des analyses moléculaires.

 

Nous pensons donc lancer au printemps prochain une nouvelle campagne pour financer ces objectifs, car l’année 2017 va être critique pour l’abeille noire.


Ecole d'apiculture

L’école d’apiculture de l’association « L’abeille noire des Boutières »

 Compte-rendu de fin de saison

 

 Pourquoi une école d’apiculture associée à l’abeille noire ?

 La sauvegarde de l’abeille noire suppose :

  •  L’existence d’un projet de conservatoire où les abeilles noires seront protégées de l’hybridation massive par les abeilles provenant d’autres lignées.
  •  Un consensus de toutes les personnes concernées pour rendre possible le processus de conservation.
  • La généralisation de pratiques apicoles (des amateurs et des professionnels) adaptées à la survie des abeilles.

 Pour toutes ces raisons, nous avons jugé nécessaire de mettre en place une recherche vivante et un transfert des connaissances pratiques sous la forme d’une école d’apiculture.

 

L’école d’apiculteur des Boutières se présente sous la forme d’un lieu d’échange et de partage sur les pratiques. Les différentes manières de faire sont évaluées en termes d’impact sur la survie des colonies d’abeilles d’une année sur l’autre : comment les soutenir et les protéger, comment choisir entre recherche de production quantitative et temps d’intervention de l’apiculteur, en quelle proportion est-il raisonnable de faire appel à des intrants ?

 

Fonctionnement de l’école

L’école d’apiculture a été menée en cette saison 2016 par Jean-Jacques Canova de façon entièrement bénévole. Les élèves sont en général des apiculteurs qui apprécient d’accueillir chez eux, les élèves de l’école sur leur propre rucher afin d’évaluer sur place leurs propres pratiques et leurs résultats.

 

Elle a fonctionné au rythme soutenu de 12 sessions du 7 mai au 12 septembre 2016, soit en moyenne 3 sessions par mois. En général, une session s’étendait sur une après midi de 14h à 17h (souvent un peu plus). A chaque fois, des ruches ont été ouvertes et l’état du couvain et des réserves analysé et commenté.

En route pour cueillir un essaim
En route pour cueillir un essaim

Quatre sessions se sont déroulées chez Jean-Jacques et toutes les autres chez l’un des participants à l’école.

 

La première session a coïncidé avec un appel d’une famille demandant le recueil d’un essaim installé dans un espace entre volet et fenêtre de leur maison. Les membres inscrits à l’école ont pu participer à l’opération et nous avons vécu l’événement comme un signe de la part des abeilles nous invitant à réaliser le projet d’école. L’essaim cueilli a été installé dans une ruche Warré au sein du rucher de Jean-Jacques et Vincent Canova. Il est désormais la première ruche appartenant à l’école d’apiculture. La reine est une hybride forte. Son comportement va être l’objet d’observations attentives.

 

Au cours des sessions, Jean-Jacques a invité le ou la propriétaire à faire des opérations de fusion de deux ruches faibles. Il a aussi incité à nourrir le plus tôt possible des ruches qui n’avaient aucun espoir de passer l’hiver. 

 

Dans une des sessions chez un apiculteur, nous avons pu observer l’intérieur de ruches en paille en les retournant. 

 

La dernière session était consacrée pour l’essentiel à la préparation hivernale des ruchers.

 

Tous les participants remercient chaleureusement Jean-Jacques pour sa compétence et son dévouement.

 

Quelques chiffres

 

Au total ce sont 23 personnes qui ont participé à au moins une des sessions. La session la moins populeuse a réuni 5 personnes et la plus populeuse en a réuni 15.

 

À chaque session, un compte-rendu a été rédigé et transmis à tous les participants, présents ou non.

 

La contribution des participants était de 50 € pour la saison apicole. Dans quelques cas, il a été demandé une contribution de 10 € pour une session unique.

 

L’école reprendra ses sessions à la prochaine saison.